TJ Lemon, De la série Oswenka, les swankers de l'auberge Jeppe [Les swankers de l'auberge Jeppe prennent la pose avant un spectacle au sous-sol de l'auberge], 2000

La toute première vente aux enchères de photographie africaine offre un bon punch avec de nouveaux disques

Aspire Art Auctions a collaboré avec le Photography Legacy Project (PLP) pour présenter la toute première vente aux enchères dédiée à la photographie africaine.

Bob Gosani, Boxe Mandela, 1957.Bob Gosani, Mandela Boxe, 1957.

Présentant une impressionnante collection de 126 œuvres de 56 photographes de tout le continent (dont l'Angola, le Ghana, le Kenya, Madagascar, la Namibie, l'Afrique du Sud, le Soudan et le Zimbabwe), la vente aux enchères s'est ouverte aux enchères en ligne le 21 octobre et s'est terminée dans la soirée de jeudi. , Le 5 novembre avec des enchères en ligne en temps réel.

Initiée pour soutenir les activités du PLP, cette vente aux enchères historique était une entreprise commune pour faire connaître et faire connaître la photographie africaine.

Les soumissionnaires ont participé de toute l'Europe, des États-Unis et du Royaume-Uni, d'Asie, d'Australie et d'Afrique - un témoignage de la portée mondiale croissante d'Aspire et de l'enthousiasme des collectionneurs pour la photographie africaine. Près de la moitié des soumissionnaires étaient nouveaux sur Aspire.

COMPLOTER

La vente aux enchères était dirigée par le portfolio du légendaire photographe Ernest Cole de 12 tirages argentiques tirés de son livre fondateur de 1967 Maison de la servitude qui s'est vendu pour un stupéfiant R569,000, - un nouveau record mondial d'enchères. Le portfolio, issu de ses archives autrefois perdues, a été présenté par le Ernest Cole Family Trust et fait partie de l'héritage retrouvé de Cole.

GAUCHE: Ernest Cole, les élèves s'agenouillent sur le sol pour écrire. Le gouvernement n'hésite pas à fournir des écoles pour les Noirs, Gauteng [Transvaal], Afrique du Sud, vers 1965 (de The House of Bondage) À DROITE: Ernest Cole, raid du col devant la gare de Johannesburg. Tout Africain doit montrer son laissez-passer avant de pouvoir vaquer à ses occupations. Parfois, le chèque s'élargit à la recherche de la personne et des biens d'un homme, Gauteng [Transvaal], Afrique du Sud, vers 1965 (de The House of Bondage)LA GAUCHE: Ernest Cole, Les élèves s'agenouillent sur le sol pour écrire. Le gouvernement n'hésite pas à fournir des écoles pour les noirs, Gauteng [Transvaal], Afrique du Sud, vers 1965 (Partir La maison de la servitude) DROITE: Ernest Cole, Passez le raid devant la gare de Johannesburg. Tout Africain doit montrer son laissez-passer avant de pouvoir vaquer à ses occupations. Parfois, le chèque s’élargit à la recherche de la personne et des biens d’un homme, Gauteng [Transvaal], Afrique du Sud, vers 1965 (de The House of Bondage)

POINTS FORTS

La célèbre image du photographe documentaire Alf Kumalo du jeune Hugh Masekela jubilatoire après avoir reçu une trompette de la légende américaine du jazz, Louis Armstrong, en 1956, s'est vendue à 79,660 rands, bien au-dessus de son estimation élevée. Il s'agit du deuxième prix le plus élevé payé aux enchères pour une photographie de Kumalo. Une autre photo de Kumalo sur le thème de la musique est la silhouette dramatique de Mankunku Ngozi, prise en 1968, qui s'est vendue pour un impressionnant R27,312.

GAUCHE: Alf Kumalo, Hugh Masekela, 1965. DROITE: Alf Kumalo, Mankunku Ngozi, 1968, © BAHALA GAUCHE: Alf Kumalo, Hugh Masekela1965. DROITE: Alf Kumalo, Mankunku Ngozi, 1968, © BAHA

Le célèbre Tambour les photographes de magazines des années 1950 et 60 ont suscité un grand intérêt. Les photographies de Ranjith Kally, qui incluent l'image de 1957 de Miriam Makeba assis avec des amis à l'hôtel de ville de Durban pendant la production théâtrale de King Kong, a atteint un total de 68,280 XNUMX rands. Les photographies de couverture mémorables de Bob Gosani comprenaient le populaire Dolly Rathebe (1955), Les Américains (1954) et l'image iconique de Mandela Boxe (1957), qui ont tous vendu pour un total combiné de R122,904. Cinématique d'Ian Berry Rayons Mashiane: Penny-Whistler (1958) vendu pour 45,520 XNUMX rands.

GAUCHE: Ranjith Kally, Miriam Makeba, 1957, © BAHA. DROITE: Bob Gosani, The Americans, 1954, © BAHALA GAUCHE: Ranjith Kally, Miriam Makeba, 1957, © BAHA. DROITE: Bob Gosani, Les Américains, 1954, © BAHA
Ian Berry, Spokes Mashiane: Penny-whister, 1958.Ian Berry, Rayons Mashiane: Penny-Whistler1958.
TJ Lemon, De la série Oswenka, les swankers de l'auberge Jeppe [Les swankers de l'auberge Jeppe prennent la pose avant un spectacle au sous-sol de l'auberge], 2000TJ Lemon, De la série Oswenka, les amateurs de l'auberge Jeppe [Les swankers de l'auberge Jeppe prennent la pose avant un spectacle au sous-sol de l'auberge], 2000.

Sept œuvres présentées dans la série primée de TJ Lemon, Oswenka: les Swankers de l'auberge Jeppe, et atteint un prix record de R136,560.

Le jeune Ghanéen, Nipah Dennis, a démontré qu'il était l'une des étoiles montantes à surveiller. Tant le lot de couverture, Plage de Winneba, Ghana (2019) et Michael, Cape Coast, Ghana (2019) se sont vendues bien au-dessus de leurs estimations totalisant 34,140 Rands.

Nipah Dennis, plage de Winneba, Ghana, 2019Nipah Dennis, Plage de Winneba, Ghana, 2019.

DOSSIERS DE VENTE AUX ENCHÈRES

Un record mondial d'enchères a été atteint pour l'artiste angolais Kiluanji Kia Henda pour sa photographie Objet Trouvé # 1 (2016) vente à R79,660.

L'importante demande mondiale a donné lieu à des références solides pour l'artiste multimédia kényane Syowia Kyambi lors de sa première apparition aux enchères, avec L'intrusion des archives de Kaspale / Le Vortex III (2019) atteignant R68,280 tout en Déménagement de Rose (2015) vendu pour R56,900 XNUMX - contribuant à la notoriété croissante de l'artiste.

GAUCHE: Kiluanji Kia Henda, Objet Trouvé # 1, 2016. DROITE: Syowia Kyambi, L'intrusion d'archive de Kaspale / The Vortex iii, 2019.LA GAUCHE: Kiluanji Kia Henda, Objet Trouvé # 12016. DROITE: Syowia Kyambi, L'intrusion d'archives de Kaspale / Le Vortex iii2019.

D'autres records ont été établis pour d'autres nouveaux venus aux enchères. L'image magnifiquement poétique de Lindokuhle Sobekwa Enfants jouant avec des tuyaux en plastique, de son Lieu de paix série qui ont été exposées à Paris Photo en 2019, vendues pour R29,588. Nobukho Nqaba Undibizela kuwe II et III, d'elle Ndiyayekelela série, a atteint un impressionnant R34,140.

Reconnue pour sa documentation photographique des identités culturelles en Afrique du Sud, les deux œuvres de Mandisa Buthelezi Un samedi matin eMahlabathini (À partir de la Ekhaya série) et Izithunzi Zami 17 (2016) vendu pour un R20,484 combiné.

Lindokuhle Sobekwa, Enfants jouant avec des tuyaux en plastique (de la série Place of Peace), 2014Lindokuhle Sobekwa, Enfants jouant avec des tuyaux en plastique (À partir de la Lieu de paix série), 2014.
Nobukho Nqaba, Undibizela kuwe II (à gauche) & III (à droite) (de la série Ndiyayekelela), 2016.Nobukho Nqaba, Undibizela kuwe II (la gauche) & III (à droite) (du Ndiyayekelela série), 2016.
Mandisa Buthelezi, Izithunzi Zami 17, 2016.Mandisa Buthelezi, Izithunzi Zami 172016.

Deux photographies émouvantes du livre de Jillian Edelstein de 2002, Truth and Lies: Stories of the Truth and Reconciliation Commission in South Africa, atteint de nouveaux prix records lorsque, après un appel d'offres, les deux Fikile Mlotshwa, couette, Johannesburg, 1997 pour Desmond Tutu, président du TRC, Cape Town, 2000 atteint un total de R52,348 XNUMX.

Jillian Edelstein, Desmond Tutu, président de la TRC, Cape Town, 2000 (extrait de Truth and Lies: Stories of the Truth and Reconciliation Commission in South Africa), 2000.Jillian Edelstein, Desmond Tutu, président du TRC, Cape Town, 2000 (à partir de Truth and Lies: Histoires de la Commission vérité et réconciliation en Afrique du Sud), 2000.

En moins de cinq ans, Aspire a fait des progrès significatifs dans le développement actif du marché de la photographie aux enchères et détient plusieurs records de ventes aux enchères internationales et locales. «Nous sommes heureux des résultats obtenus lors de cette toute première vente aux enchères indépendante de photographie africaine», déclare Ruarc Peffers. «Nous continuons à partager notre passion pour le médium et notre conviction inébranlable que le travail des photographes sur le continent est parmi les plus rigoureux et convaincants de l'art basé sur l'objectif actuellement produit. Nous sommes impatients de travailler davantage pour renforcer le marché de la photographie africaine localement et à l'étranger ».