GR Naidoo © Baha, Mkhumbane, 1960

The Photography Legacy Project en partenariat avec ASPIRE ART AUCTIONS

La vente aux enchères de photographie africaine ASPIRE X PLP est actuellement ouverte aux enchères en ligne jusqu'au 5 novembre.

À l'appui du Photography Legacy Project (PLP), Aspire Art Auctions présente une vente aux enchères spéciale d'œuvres photographiques de certains des photographes sud-africains les plus notables et de leurs homologues panafricains.

Dans cette première vente aux enchères de photographie africaine sur le continent, une collection dynamique de 126 œuvres, couvrant le terrain entre la photographie africaine historique et contemporaine, est proposée pour soutenir la numérisation des héritages photographiques africains par le PLP. Alors que l'objectif principal du PLP est de créer des archives facilement accessibles et fiables pour l'éducation et la recherche, l'organisation vise également à rehausser le profil de la photographie africaine dans le monde.

Nipah Dennis, plage de Winneba, Ghana, 2019Nipah Dennis, Plage de Winneba, Ghana2019.

POINTS FORTS

Un portefeuille de 12 épreuves à la gélatine argentique présenté par le Ernest Cole Family Trust des archives d'Ernest Cole, autrefois considéré comme perdu, est d'une importance majeure. Le portfolio, tiré de son livre fondateur de 1967, Maison de la servitude, fait partie de l'héritage retrouvé de Cole.

Ernest Cole, garçon sérieux s'accroupit sur les hanches pour suivre la leçon dans la chaleur d'une salle de classe bondée, Gauteng [Transvaal], Afrique du Sud, vers 1965 (de The House of Bondage)Ernest Cole, Un garçon sérieux s'accroupit sur les hanches pour suivre la leçon dans la chaleur d'une salle de classe bondée, Gauteng [Transvaal], Afrique du Sud, c.1965 (de la maison de la servitude).
Ernest Cole, Tough talk et marijuana. Ce sont des tsotsis, des jeunes qui se sont tournés vers le crime plutôt que de travailler comme garçons de jardin ou messagers des hommes blancs - les emplois habituels disponibles pour les jeunes noirs, Gauteng [Transvaal], Afrique du Sud, vers 1965 (de The House of Bondage)Ernest Cole, Parler dur et marijuana. Ce sont des tsotsis, des jeunes qui se sont tournés vers le crime plutôt que de travailler comme garçons de jardin ou messagers d'hommes blancs - les emplois habituels des jeunes noirs, Gauteng [Transvaal], Afrique du Sud, vers 1965 (de la maison de la servitude).

D'autres sommités de la photographie comme David Goldblatt, Alf Kumalo, les photographes de Tambour magazine comprenant Bob Gosani, GR Naidoo, Ranjith Kally et Ian Berry, ainsi que des photographes contemporains de renommée internationale comme Guy Tillim, Kiluanji Kia Henda, Jodi Bieber, Jo Ractliffe, Emmanuelle Andrianjafy, Syowia Kyambi et Mikhael Subotzky partagent leur travail avec une plateforme de talents créatifs.

Alf Kumalo et Hugh Masekela, 1956Alf Kumalo, Hugh Masekela, 1956.
GR Naidoo © Baha, Mkhumbane, 1960GR Naidoo, Mkhumbane, 1960. © Baha
Bob Gosani © Baha, The Americans, 1954Bob Gosani, Les Américains, 1954. © Baha
Kiluanji Kia Henda, Objet Trouvé # 1, 2016Kiluanji Kia Henda, Objet Trouvé # 12016.
Jodi Bieber, École du dimanche, Nababeep, Cap Nord, 1999Jodi Bieber, École du dimanche, Nababeep, Northern Cape, 1999.
Syowia Kyambi, L'intrusion d'archives de Kaspale / Le Vortex III, 2019Syowia Kyambi, L'intrusion d'archives de Kaspale / Le Vortex III, 2019.
Emmanuelle Andrianjafy, Sans titre (de la série Nothing's in Vain), 2015Emmanuelle Andrianjafy, Untitled, 2015. (À partir de La série Nothing's in Vain)

Un groupe impressionnant de photographes émergents d'Afrique du Sud, plusieurs des diplômés du Market Photo Workshop, sont également présents. La vente aux enchères comprend en outre des photographes du Soudan, du Ghana, du Sénégal, d'Angola, de Namibie et du Kenya, y compris des travaux du photographe soudanais Ala Kheir. Revisiter Khartoum série et des images récentes du photographe ghanéen Nipah Dennis.

Ala Kheir, Moi et mon Oud, 2016Ala Kheir, Moi et mon Oud, 2016.

Il y a une contribution convaincante du studio vernaculaire et de la photographie de rue du projet, L'autre caméra. De plus en plus, ce genre de photographie vernaculaire - encapsulé par les images iconiques de Seydou Keïta et Malick Sidibé - devient rare et hautement collectionnable. Le photographe de rue ou de studio une fois omniprésent, si répandu sur tout le continent, est une pratique en déclin. Le portrait en studio, qui fait profondément partie de l'histoire photographique de l'Afrique, est remplacé par le téléphone portable ou le selfie. La vente aux enchères présente certaines de ces collections rares de photographes tels que Ronald Ngilima et William Matlala.

Ronald Ngilima, amoureux, Wattville, Gauteng, vers 1950Ronald Ngilima, Amoureux, Wattville, Gauteng, vers les années 1950.

La collection présentée dans cette vente aux enchères peut également, tout comme la vision du PLP, être vue comme un véhicule pour récupérer, célébrer et présenter le travail caché et enterré de photographes qui se sont mobilisés pour partager des images emblématiques ainsi que de nouvelles.

La collection de photographies de la vente aux enchères de photographies africaines ASPIRE X PLP est à la fois diversifiée et fluide dans son contenu et sa forme: elle englobe un certain nombre de formes et d'approches esthétiques allant du traditionnel au moderne; il reflète les résonances inévitables d'une histoire troublée, mais reflète ceux qui souhaitent voir le continent à nouveau et déchargé du passé.

Lorsqu'on a interrogé le poète et romancier Chinua Achebe sur la notion d'identité africaine, il a répondu qu'il n'y en avait pas, c'était en train de se faire. Cette vente aux enchères porte sur la photographie africaine en devenir. Elle provoque - comme l'a suggéré le conservateur Okwui Enwezor de la photographie africaine - de nouvelles lectures et découvertes, quelque part entre le passé et le présent, car elle embrasse l'avenir.

La vente aux enchères de photographie africaine ASPIRE X PLP est en ligne jusqu'au 5 novembre.

 Consultez et téléchargez le catalogue: www.aspireart.net

 Inscrivez-vous pour enchérir: https://auctions.aspireart.net

Une exposition de lots sélectionnés est présentée à la galerie Aspire à Johannesburg. Des visites peuvent être organisées sur rendez-vous.

* Le produit de la vente aux enchères de financement est reversé au PLP et aux photographes participants.

Contexte sur le projet Legacy de la photographie

 Le Photography Legacy Project (PLP), qui fonctionne depuis 2019, a lancé un important projet de patrimoine visuel pour mettre en évidence la contribution significative des principaux photographes sud-africains et africains. Il le fait dans un climat où il y a très peu ou pas d'engagement de la part des gouvernements africains pour la préservation du patrimoine photographique, que ce soit physiquement ou numériquement. Sans engagement durable en faveur de la préservation du patrimoine photographique, que ce soit physiquement ou numériquement, les collections et archives photographiques africaines restent dangereusement menacées. L'initiative du PLP vise principalement à faire en sorte que d'importantes collections de photographies africaines puissent rester sur le continent et être largement accessibles pour l'éducation et la recherche. Il a commencé avec quatre photographes sud-africains (David Goldblatt, Alf Kumalo, Ernest Cole et Ruth Motau) et a développé un portail d'archives et de photographes africains. S'il te plait regarde www.plparchive.com.